2015, Un millésime béni des dieux - Les Actualités de Berger-Rive

Les Actualités de Berger-Rive

2015, Un millésime béni des dieux


Au bout d’un suspens qui mit à rude épreuve les nerfs des vignerons de la Côte de Beaune et de la Côte Chalonnaise, le millésime 2015 est né sous les meilleurs hospices. En effet, l’année 2015 restera caractérisée dans les archives climatiques par sa sécheresse estivale et ses multiples vagues caniculaires. Alors que la vigne était rayonnante à l’entrée de l’été, elle a souffert du manque d’eau jusqu’à la mi-août au point de bloquer son cycle végétatif. On entend souvent que la vigne doit souffrir pour offrir de beaux raisins et promettre de beaux vins. Et bien cela est vrai mais comme toute situation, tout est question de mesure. La providence s’est montrée généreuse et compréhensive. A la mi-août, la vie reprenait ses droits, des gouttes d’espoir et de délivrance tombaient du ciel : l’eau, c’est la vie. Une pluie douce, étalée sur trois ou quatre jours, un miracle lorsqu’on sait les intempéries dévastatrices qui bien souvent suivent ces vagues de chaleur. Les chardonnays ont tout de suite réagi en reprenant leur cycle, quand les pinots, eux, ont joué un peu plus longtemps avec les nerfs des vignerons pour finalement reprendre leur labeur les premiers jours de septembre. Les vendanges se sont déroulées sous un temps radieux et tempéré du 5 au 12 septembre. Nous avons mis à l’abri, les fruits d’une année qui ne passera pas inaperçue. En effet, de mémoire Berger-Rive nous n’avions jamais récolté des raisins aussi mûrs, et aussi sains. C’est donc avec un grand soulagement et un enthousiasme débordant que nous nous attelons à la transformation de cette récolte, de quantité légèrement faible mais de qualité extraordinaire, qui augure un millésime d’anthologie. Les premières dégustations à l’issue des fermentations puis des macérations, confortent grandement notre enthousiasme. Comme nous aimons à le répéter en Bourgogne et c’est probablement ce qui fait notre force, particulièrement pour le Pinot Noir, si difficile, si capricieux, si sensible mais si fin, si complexe, si profond, si délicieux : avec de beaux raisins, l’essentiel du chemin vers de beaux et grands vins est fait.